Du tri au recyclage : vers l’objectif zéro déchet

Du tri au recyclage : vers l’objectif zéro déchet

Réduire, réutiliser et recycler : l'objectif zéro déchet est d'une simplicité désarmante.

Réduire, réutiliser et recycler : l'objectif zéro déchet est d'une simplicité désarmante.L’ordre de ces « trois R » est important. Il s’agit en effet de tendre en premier lieu à l’élimination des déchets à la source, de bannir ensuite le jetable au profit du durable, et enfin de valoriser au mieux les déchets subsistants.

Le fonctionnement se veut proche de celui des écosystèmes : une logique cyclique, plutôt que linéaire, dans laquelle les déchets des uns constituent une ressource pour les autres.L’objectif zéro déchet vise donc plus précisément à réduire au minimum possible les déchets résiduels qui subsistent à la fin de la chaîne de traitement.

En France, c’est 80 % des déchets ménagers qui étaient encore mis en décharge ou incinérés en 2004, contre 13% triés pour recyclage et 6% subissant un traitement biologique (compostage ou méthanisation).La mise en décharge est pourtant limitée depuis le 1er juillet 2002 aux seuls déchets ultimes, c’est-à-dire ceux dont on ne peut plus réduire le caractère polluant ou dangereux « dans les conditions techniques et économiques du moment ».Si ces limites techniques et économiques existent en effet, force est de constater que l’objectif zéro déchet n’est pas un simple leurre.

 

Et si nos ordures étaient la principale ressource de demain?

La valorisation matière (recyclage, compost) ou énergétique (récupération de chaleur, production de biogaz) permet à nos déchets d’être à nouveau utilisés comme matière première.

Les politiques zéro déchets font intervenir une palette de techniques, qui, combinées, permettent de maximiser la valorisation. Parmi les [initiatives] les plus souvent retenues : mise en place du tri sélectif permettant un recyclage plus efficace, distribution de composteurs individuels et mise en place de plateformes de compostage collectif.

Mais la démarche ne se réduit pas au recyclage ou à la valorisation. Les politiques zéro déchet visent à encourager la production propre et l’éco-conception des produits, pour réduire à la source la quantité de déchets produite, et surtout limiter l’utilisation de matériaux polluants ou qui ne pourraient être traités.

 

Jusqu’à 80% de déchets valorisés en Nouvelle-Zélande

De nombreuses collectivités dans le monde ont d’ores et déjà mis en place leur plan zéro déchet.

La Nouvelle-Zélande est l’un des pays précurseurs, le gouvernement ayant dès 1997 créé une fondation vouée à la promotion de cette politique. La Zero Waste New Zealand Trust accompagne ainsi plus de la moitié des collectivités locales du pays. Dans certaines d’entre elles, jusqu’à 80% des déchets sont détournés de la mise en décharge.

Certaines communes françaises sont également engagées depuis plusieurs années dans une démarche de réduction active des déchets. Dans la Communauté de Communes de la Porte d’Alsace, où l’on a distribué des composteurs à partir de 1994 et mis en œuvre la pesée-embarquée dès 2001, 70% des déchets collectés sont désormais destinés à la valorisation matière.

 

Flore Berlingen

Chiffres : ADEME (France), Zero Waste NZ Trust, Communauté de Communes de la Porte d’Alsace.