Les hackathons, un levier de la fabrique urbaine ?

Les hackathons, un levier de la fabrique urbaine ?

Depuis plusieurs années, des hackathons s’organisent partout en France. Ces compétitions d’un nouveau genre séduisent développeurs, ingénieurs, entrepreneurs, artistes et créatifs réunis pour fabriquer un service ou une application en 48 heures maximum. Parmi les nombreux domaines d’intervention, la fabrique de la ville à travers des problématiques d’aménagements d’espaces ou de mobilité. Ici, l’univers du numérique bouleverse les processus classiques de décision. Comment expliquer l’engouement pour ces concours de création informatique ? Quelle est leur valeur ajoutée ? Pour quels résultats concrets ? Midionze fait le point.

 

Un centre des congrès de la banlieue toulousaine. Une quarantaine des jeunes et de moins jeunes sont assis en cercle avec autant d’ordinateurs portables posés sur des tables. On entend  scander des phrases : « ça y est j ai mis les logos ! », « ajoute les liens entre Facebook et Twitter ! »… Sur les murs, des post-it de toutes les couleurs et des inscriptions en pagaille…Ces 24 et 25 juin 2015, la Mêlée, hub de l’économie numérique régionale organisait son salon au sein duquel se tenait un hackathon, «  Hack The City-Permis de déconstruire la ville ».  Pour cette édition, six équipes étaient présentes dont une majorité de développeurs devant relever plusieurs défis, tels que « comment faciliter l’accès à un service complet et intelligent de déplacement urbain » » ou « comment accéder à la connaissance dans l’espace public ». «  Moi, ce que j’aime c’est coder, explique Laurent, étudiant en informatique. Mais finalement ce qui ressort c’est davantage une expérience humaine, on est parti de rien et on arrive avec une idée, une maquette dynamique et un projet doté d’un business plan. » Pour Long, 32 ans, marketeur et porteur de projet, « c’est l’occasion de pouvoir s’inspirer des méthodes mises en place, de voir les interactions entre les groupes ». Résultat de ces 36 heures de marathon numérique : des lauréats qui bénéficieront d’un accompagnement pour se constituer en start-up, des contacts avec des partenaires et une visibilité bienvenue pour se lancer, offerte par le réseau de la Mêlée. Les gagnants, Well’home, ont développé une application pour optimiser les démarches administratives lors d’un déménagement. Le second prix a été remis à Happy parking qui permet de trouver des places de parkings en fonction de sa destination et le 3ème prix a été attribué à Voiceup, un projet de démocratie participative au niveau des quartiers.

A la faveur du développement de plus en plus rapide du numérique, d’Internet et des applications, les initiatives semblables à « Hack the city » se multiplient. Parmi les démarches intéressantes, direction l’Est de la France où l’association Grand Est numérique compte à son actif plusieurs hackathons. Le dernier en date s’est tenu en mars 2015. Il ambitionnait de proposer des solutions pour les commerçants du centre-ville de Metz, en partie déserté par les consommateurs. «  Nos principaux partenaires sur cette opération ont été la municipalité et la fédération des commerçants, explique Frédéric Schnur, président de l’association.  Ils n’ont pas été difficiles à convaincre car il s’agit d’une préoccupation forte pour la ville, qui a notamment animé les débats lors des dernières élections municipales…On a été les premiers surpris du fort engouement lors de notre premier hackathon. » En plus des prix remis, les lauréats ont été invités à présenter leur projet devant la fédération des commerçants de Metz. Pour les collectivités locales, c’est aussi le moyen de mettre en lumière l’attractivité de leurs territoires et des talents qui les peuplent. A l’issue de l’événement, la mairie de Metz a indiqué vouloir s’intéresser à chacun des projets pour évaluer la possibilité de les intégrer dans sa réflexion et son action pour dynamiser le commerce de centre ville par le numérique.  « Ces marathons du développement sont des compétitions bon enfant où des passionnés se retrouvent face à une problématique, ajoute Fréderic Schnur. On leur donne les moyens de s’en saisir ; la force des hackathons est de réunir des entrepreneurs, des leaders d’opinion, des financeurs et des gens très motivés libérés d’un certain nombre de contraintes, tout en ayant une forte visibilité et un retour direct sur leurs propositions. Il n’y a pas de nécessité d’ouvrir une boite derrière… »

 

DSCF4462

Un levier de co-construction

Aux manettes de « Hack The city », Carole Maurage, directrice du Laboratoire des Usages de Toulouse, distille ses méthodes de travail pour stimuler l’intelligence collective. «  La force de cette démarche très bottum-up, explique-t-elle, est de rendre le pouvoir d’agir aux gens ; c’est l’innovation qui vient d’en bas ! On regroupe des représentants de l’écosystème humain (citoyens, acteurs public, entreprises, étudiants, experts) et on réfléchit ensemble à la ville de demain en se posant la question « quelle ville voulons-nous dans l’avenir ? De cette façon, les solutions proposées répondent aux besoins des habitants ! » Aujourd’hui, le Laboratoire des Usages est un outil opérationnel pour la Smart City que développe actuellement Toulouse Métropole.
Pour La fabrique de la Cité, un Think Thank crée par le groupe Vinci dont la vocation est d’alimenter les réflexions sur l’innovation urbaine, ces événements sont des leviers de co-construction, des lieux qui permettent de casser toutes les barrières. « Ce qui est nouveau c’est que des jeunes, étudiants ou designers peuvent s’exprimer et proposer de nouveaux services urbains », estime Nathalie Martin-Sorvillo, directrice de La Fabrique de la Cité.

 

Des projets pérennes ?

Pour certains détracteurs, la question de la pérennité des projets met en lumière leur limite. On leur reproche de n’élaborer le plus souvent que des idées, pas forcement concrétisables….L’enjeu est donc de passer du stade POC « proof of concept » à un projet économique viable. Pour Nathalie Martin-Sorvillo, « il est évident que toutes les idées produites au bout de 48 heures ne restent pas ! Il faut un accompagnement et que les villes soutiennent ces innovations par des structures et des dispositifs ! Et elles le font de plus en plus car elles ont compris que cela permettait de développer des services qui testent en temps réel les besoins du moment !  Le hackathon est un catalyseur d’énergies. »

Les entreprises aussi ont compris l’intérêt de ces marathons à la sauce numérique. Vinci Autoroutes a organisé deux hacktahons, un en 2014 à Bordeaux, l’autre cette année à Nice. «  Il y a une vrai accélération dans l’univers du digital. Il y a des changements de pratiques forts dans le domaine de la mobilité comme le covoiturage et l’auto-partage, souligne Simon Coutel, responsable de l’innovation et des services numériques. Pour nous l’objectif est de suivre et identifier les projets innovants, détecter de nouveaux talents et de collaborer avec des start-ups pour se doter de nouveaux services. » Côté résultats toutefois, le bilan est mitigé. La précédente édition bordelaise sur le thème de l’optimisation des déplacements a récompensé une équipe lauréate toujours en cours de création d’entreprise… « On désigne à l’issue de nos hackathons un parrain pour aider les équipes les plus avancées à développer le projet à travers des conseils marketing, juridiques, commerciaux ou de communication, ajoute Simon Coutel. Reste que ce sont aux équipes d’adopter une volonté entrepreneuriale forte. En 48 heures, on ne crée pas une entreprise, c’est un temps dédié à la créativité. »

Véritables tremplins pour lancer et tester une idée ou un projet, pérenne ou non, les hackathons contribuent ainsi à une nouvelle façon plus participative de penser la ville et parfois, de la construire.

POST TAGS:
NO COMMENTS

POST A COMMENT