Une vue de la Zone sud, aujourd’hui détruite, début mars 2016. Crédit : Sébastien Thiéry

Sébastien Thiéry : « La Jungle de Calais est une ville-monde, une forme urbaine à venir »

dans Actualités/La ville habitable/La ville inclusive écrit par

Sébastien Thiéry est politologue et coordinateur des actions du PEROU, Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines. Cette association fondée en septembre 2012 avec Gilles Clément développe des recherches dans de multiples hors-champ de la ville : bidonvilles, camps, refuges en tout genre, etc. La structure accompagne actuellement la création d’une ville nouvelle par les migrants et Calaisiens et participe à l’exposition « Habiter le campement » à la Cité de l’architecture.

Sébastien Thiéry est politologue et coordinateur des actions du PEROU, Pôle d'Exploration des Ressources Urbaines
Sébastien Thiéry est politologue et coordinateur des actions du PEROU, Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines

1/ Pouvez-vous nous présenter le PEROU ?

Le point de départ a été pour moi les troubles nés de l’action avec l’association les Enfants de Don Quichotte et le constat d’une inculture crasse des acteurs du champ social à l’endroit de la ville et de l’architecture et d’une pratique nulle des architectes et urbanistes sur les modules de sans-abri qui ne sont que des spéculations formelles. Le PEROU est un laboratoire né de cette articulation forte entre une dimension de recherche sur la question urbaine et architecturale et entre des actions politico-militantes. Nous travaillons sur ce qui est porteur d’avenir à l’interface entre la ville et le bidonville, sur des constructions matérielles mais aussi sur des situations d’expérimentations pour raconter que d’autres choses sont possibles.

 2/ La création du PEROU préexiste à la jungle de Calais. En quoi le Pérou y a-t-il trouvé là matière à réflexion ? Et à action ? 

Il y a 3 ans, alors que les jungles étaient diffuses dans la ville, on a commencé à travailler avec des chercheurs en graphisme sur un projet de journal co-construit avec des migrants et diffusé dans la ville. Ce fut une manière pour moi de prendre le pouls de cette situation, de mieux saisir l’épaisseur des récits, des hommes et des langues.

L’été dernier, j’ai écrit une intention «  New jungle Délire », un projet de recherche qui rassemble 8 groupes de recherche (architectes, anthropologues, géographes, paysagistes, ect.) augmenté d’un projet photographique. Ce projet fait référence à Rem Koolhaas dans l’introduction de New-York Delire, ouvrage publié en 1978 qui est un manifeste rétroactif pour Manhattan, l’envisageant comme une émergence urbaine du XXe. L’hypothèse pour la New Jungle est de se demander si elle n’est pas une forme urbaine du XXIe siècle qui n’aurait pas encore son manifeste, qui n’ aurait pas encore sa condition d’urbanité et de travailler à la documenter et la cartographier.

3/ Pouvez-vous repréciser l’enjeu de ce projet devenu un appel à idées intitulé «  Réinventer Calais » ?

On ne va rien construire sur Calais car il se construit déjà tellement de choses ! Il s’agit d’un véritable défi de rendre compte de ce qui s’invente dans la Jungle. Alors que la destruction commence à se mettre en œuvre, notre propos est une fiction dans laquelle les acteurs politiques lancent un appel à idées pour faire un Réinventer Calais. Le postulat est de se dire qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire à Calais. Samedi 9 avril, nous avons distribué un journal « L’Autre journal d’informations de la ville de Calais », dans les rues de Calais. On y retrouve La lettre que la maire de Calais n’a pas adressée aux Calaisiennes et Calaisiens qui devient l’édito et un entretien où les acteurs publics expliquent qu’ils font volte-face sur cette question. Calais devient alors la capitale européenne de l’hospitalité.

C’est un vrai appel à idées avec 9 grands projets qui sont des spéculations à partir de l’existant et des projets pour le bidonville et la ville. L’idée est d’accompagner une cité éphémère du XXIe siècle sur 5 ans, travailler sur des formes d’urbanité éphémères comme s’il s’agissait d’un village olympique à l’occasion des Jeux avec l’accueil de 5000 personnes venus du monde entier entraînant le développement d’infrastructures et d’ équipements publics et de montrer comment cela génère de l’économie et de la ville. L’enjeu est de recueillir un certain nombre de réponses d’étudiants et professionnels de la fabrique de la ville, et les déposer à l’automne prochain sur le bureau des acteurs publics et sur celui des candidats à l’élection présidentielle.

4/ Dans La lettre que la maire de Calais n’a pas adressée aux Calaisiennes et Calaisiens, la jungle est présentée comme une «  extraordinaire ville mondialisée, généreuse et active ». Cela va à contre-courant du portrait dressé habituellement par les médias…Calais c’est aussi des écoles, des théâtres, des restaurants ? Qu avez-vous observé en allant sur le terrain ?

On n’est jamais arrivé à raconter sur ce qui se passe réellement à Calais. Il y a une telle croûte médiatique sur ce sujet qui fait que rien ne perce. C’est stupéfiant. La moitié a été rasée mais la Jungle, ce sont des shelters [des habitats préfabriqués en bois construits par les associations Help Refugees et l’Auberge des migrants], 48 restaurants, une trentaine d’épiceries, 3 écoles, 2 théâtres, une Église, une boite de nuits, une « Wharehouse » [une sorte de recyclerie qui organise les dons dans un entrepôt de 1700 mètres carrés].
Les migrants (ils étaient environ 5000 début mars 2016) sont des bâtisseurs de « lieux de vie » comme l’a relevé, dans son ordonnance du 25 février 2016, le Tribunal administratif de Lille. C’est monstrueux ce qui a été construit par des migrants, avec l’appui de bénévoles venus du monde entier. C’est une folie et une beauté incroyable, à mille lieux du désastre et de la xénophobie que l’on décrit systématiquement. Mais les acteurs publics et du monde social ne peuvent entendre ce discours.

Baraque sur lesquelles est inscrit « Lieu de vie », début mars 2016. crédit : Sébastien Thiéry
Baraque sur lesquelles est inscrit « Lieu de vie », début mars 2016. crédit : Sébastien Thiéry

5/ Il n’y a donc pas de violence dans la Jungle ?

Quand la jungle devient impasse, évidement les passeurs arrivent mais il y deux manières de défaire ce marché : ouvrir les frontières et construire l’hospitalité ici-même, travailler sur les procédures d’asile. Mener une politique accueillante et ambitieuse casserait ce marché. Il est impossible politiquement de dire que l’on va accueillir….La violence, elle est générée par ce qui se détruit. C’est la conséquence directe de l’incurie des politiques publiques. La Jungle est une chance pour Calais. Il y a un manque de vision.

6/ La solution est la réhabilitation plutôt que la destruction de la jungle ?

On ne défend pas le bidonville. La question c’est comment on se positionne face à cette situation, comment en l’accompagnant on le transforme. Ce qui fait que le bidonville demeure bidonville, c’est justement les politiques publiques qui ne cessent de pérenniser le bidonville dans sa forme invivable. Une ville est à 90 % des cas est un bidonville qui a réussi. C’est un processus simplement de développement si on prend soin de ce qui s’invente. En une demi journée, la boue on l’éradique…Si on fait un peu d’histoire, les formes urbaines sont par définition le résultat d’un processus de transformations, d’installations. Il faut transformer l’existant pour lui donner des formes plus désirables.

7/ Peut-on désigner la jungle comme un bidonville ? À quelles formes urbaines existantes la rattacher ? 

C’est un lieu unique au monde où règne une solidarité internationale extraordinaire et cela ça n’existe nulle part ailleurs. Je ne connais aucun autre bidonville qui a été co-construit dans une telle épopée ! Les matériaux viennent du monde entier, les habitants viennent du monde, c’est une forme très singulière et contemporaine du bidonville. C’est une ville-monde, une forme urbaine à venir. Une « Jungle », gardons ce terme puisque c’est comme cela que les migrants l’appellent. C’est quelque chose qui est méconnu, qui ‘a pas d’existence repérable dans l’histoire.

 8/ Quel avenir voyez-vous pour la Jungle ?

Aujourd’hui, il est dessiné par les pelleteuses donc elle n’ira pas bien loin. Lesbos, Vintimille, Lampedusa, c’est cela l’avenir. Ce n’est pas un vœu juste un constat. D’après l’ONU, en 2030, 1/3 de la population vivra en bidonville. Est-ce qu’on veut que les gens y « croupissent » ou l’on invente d’autres manières de les accueillir. Calais est en cela une formidable vue sur l’avenir.

9/ Heroic Land est un projet de parc d’attractions prévu à l’horizon 2019 à Calais pensé comme une mesure compensatoire face à la crise des migrants d’un montant de 275 millions d’euros. Quel regard portez-vous sur ce projet et sur ce choix d’aménagement du territoire opéré par les autorités locales ?

Il est cohérent avec le reste ! Qu’est qu’un parc d’attractions sinon une prise de congés du réel ? Un parc d’attractions, c’est détourner l’attention du réel. « Heroic land » ! Alors que tant de héros qui ont traversé les mers sont juste à côté. C’est un mépris du réel. On est en train de dépenser 275 millions d’euros pour distraire le peuple. On a chiffré l’appel à idées « Réinventer Calais », cela représente 28 % de Heroic land. Sauver Calais passe par l’arrêt rapide et urgent de ce programme.

10/ La jungle est-elle une forme d’utopie ?

La Jungle est pleine d’utopies mais elle n’est pas que de l’utopie. Elle est aussi de la boue et de la violence. Ce qui nous intéresse est ce qui fait promesse.

Propos recueillis par Déborah Antoinat

« Réinventer Calais » sera présenté à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Paris (lire notre article), à la Biennale d’Architecture de Venise le 28 mai, et à l’exposition « constellation.s » à Bordeaux le 3 juin.

En savoir plus sur l’action du PEROU à Calais

 

 

 

Déborah est une journaliste multimédia, aussi à l'aise avec le web et le print que la vidéo. Ses domaines de prédilection couvrent la ville de demain, les modes de vies durables, l'économie sociale et solidaire et l'écologie au sens large.

3 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles écrits dans Actualités

Remonter En Haut