DSCF4587

La place dans l’espace urbain, vers de nouveaux usages ?

dans Actualités/La ville créative écrit par

Économique, politique, culturelle ou religieuse, la place remplit depuis l’Antiquité plusieurs fonctions dans l’espace public. Il s’agit d’un lieu de promenade, d’un espace de circulation, de sociabilité, d’un lieu privilégié pour les discussions, rassemblements et manifestations. Le mouvement Nuit Debout en est une illustration intéressante, transformant la Place de la République à Paris et d’autres places en France en autant de foyers de luttes sociales, politiques et écologiques. A Paris toujours, sept grandes places vont être rénovées pour créer des espaces de vie plus vivants et durables. L’occasion de nous interroger sur le rôle et les usages de la place dans l’espace urbain.
Les luttes sont dans la place
L’occupation d’espaces, et tout particulièrement de places publiques, constitue l’un des points communs aux mouvements civiques récents, des Indignés aux printemps arabes. Après la Plaza del Sol en Espagne, la Place Tahrir au Caire ou la place Taksim à Istanbul, la Place de la République à Paris s’affiche depuis le 31 mars 2016 comme le lieu d’un nouveau mouvement, Nuit Debout, qui dépasse aujourd’hui l’opposition initiale à la loi travail El Khomri. « Le 31 mars 2016, après la manifestation, on ne rentre pas chez nous, on occupe une place ! » annonce Nuit Debout dans son communiqué de presse. Depuis, le mouvement se poursuit. Une quarantaine de « commissions » (logement, économie, Grève générale, Université populaire, Féministe, Anti-spécistes, Santé, ect.) se tiennent sur la Place de la République. Depuis le 6 avril, la Commission Climat Écologie est organisée chaque jour, de 16 à 18 heures. Banderoles, affiches, Manifeste imprimé sur des feuilles A4 et collé sur un mur, table bricolée pour faire office de bureau d’accueil sont là pour marquer l’occupation des lieux.

« Occuper la place permet d’exprimer notre mécontentement, de dire au système en place que maintenant il y a en ras-le-bol. Pour nous, c’est très important de conserver notre emplacement », explique David, un jeune trentenaire au chômage qui s’est engagé pour utiliser son temps efficacement. « Chaque jour, près de 30 à 40 personnes se retrouvent pour débattre autour des thèmes de l’écologie. On essaye d’organiser des actions le week-end comme des ateliers de récupération, une grainothèque, du jardinage. Le but : sensibiliser le plus grand nombre mais surtout faire converger les luttes. C’est cela la plus-value de Nuit Debout ». Sur le Manifeste, les revendications vont en faveur de la sortie du nucléaire et de la transition énergétique, du développement d’une agriculture paysanne, de la lutte contre obsolescence programmée, de la « reconversion des énergies inutiles et polluantes ». Aujourd’hui, les solutions proposées restent à l’état de débat, de parole libre, car l’objectif n’est pas de solliciter les pouvoirs publics. « La question politique n’est pas abordée et le mouvement entend rester citoyen », rappelle David.

Nuit, Debout Place de la République, Paris, le 19 avril 2019; manifeste de la commission Climat et Écologie. Crédit : D.A
Nuit, Debout Place de la République, Paris, le 19 avril 2019; manifeste de la commission Climat et Écologie. Crédit : D.A
Nuit Debout, Place de la république, Paris, le 19 avril 2016; stand commission Climat et Écologie. Crédit : D.A
Nuit Debout, Place de la république, Paris, le 19 avril 2016; stand commission Climat et Écologie. Crédit : D.A

 

 

 

 

 

 

 

 

La place comme espace social et politique
Pour les acteurs de Nuit Debout, « Répu » se conçoit d’abord comme un lieu d’expérimentation politique et comme une agora. Depuis sa métamorphose en 2013, ce point de rassemblement historique des manifestations parisiennes est devenu un espace public d’autant plus vivant, d’autant plus ouvert à une grande diversité d’usages, que la place de la voiture y a été singulièrement réduite. En mars dernier, une série de tables-rondes intitulée « EN PLACES ! Exploration sensible de la place publique » était organisée sur cette même place par les étudiant(e)s du Master Projets culturels dans l’espace public (Paris 1) sous la houlette de Pascal Le Brun-Cordier, directeur de projets culturels et responsable de la formation. Pour ce spécialiste de l’art dans l’espace public, « la place est par excellence l’espace public de la rencontre, du rassemblement, du commun, à l’exception cela dit de la place-carrefour conçue pour la circulation automobile. Parfois, la place se transforme en lieu du possible, ouvert à l’événement, au sens philosophique de « ce qui advient ». C’est ce qui se produit en ce printemps 2016 place de la République avec la Nuit Debout. Sans doute l’aménagement de la place peut-il le faciliter : c’est un vaste plateau ouvert, non saturé, dégagé, avec de larges perspectives. Un espace public facilement appropriable, disponible pour de multiples usages ».

De nouveaux usages demain ?
Appropriables, les places publiques contemporaines le seraient-elles à condition que ce soit pour des usages sportifs, culturels ou festifs ? La défiance à l’égard d’usages trop explicitement politiques expliquerait la remarque d’Anne Hidalgo à propos du mouvement Nuit debout, accusé de « privatiser l’espace public » alors que ses tenants s’efforcent au contraire d’y construire du commun. Ainsi, le programme “Réinventons nos places” lancé en juin 2015 par la maire de Paris vise surtout à amorcer la transition vers une ville durable et (ré)créative. Après la récente rénovation de la Place de la République, cet appel à projets vise à rénover sept nouvelles places. Bastille, Fêtes, Gambetta, Madeleine, Italie, Nation, Panthéon seront ainsi réaménagées à l’issue des travaux prévus sur la période 2017-2019. Les objectifs affichés par la Mairie de Paris : apaiser l’espace public, rééquilibrer les usages au profit des piétons et des circulations douces, valoriser les espaces naturels, imaginer de nouveaux usages tels que les activités sportives et culturelles temporaires, proposer du mobilier urbain « recyclé, fixe et mobile »… Les places parisiennes rénovées de demain s’attacheront à maîtriser les impacts générés par l’espace public (énergie, déchet, eau, mobilier en réemploi) et proposer des espaces plantés appropriables (espaces de jeux, repos, jardinage).

Nuit Debout. Place de la République, Paris, le 18 avril 2016. crédit : D.A
Nuit Debout. Place de la République, Paris, le 18 avril 2016. crédit : D.A

Ce programme, réalisé en concertation avec les usagers, habitants et collectifs n’en ouvre pas moins vers des espaces de vie véritablement publics, disponibles et appropriables. « L’espace public n’est pas uniquement produit par l’architecture et par l’urbanisme, estime Pascal Le Brun-Cordier. C’est aussi une situation que la création artistique a la capacité d’activer. En « greffant » l’art dans la ville, on peut ainsi en proposer d’autres aménagements physiques ou symboliques, poétiques ou politiques, d’autres manières de la voir et de la vivre. Ces nouveaux « partages du sensible », même s’ils sont temporaires, ont des effets d’oxygénation politique. »
Une gageure en situation d’État d’urgence, alors même que l’État vient d’annoncer son intention de le prolonger jusqu’à la fin de l’Euro 2016.

Déborah est une journaliste multimédia, aussi à l'aise avec le web et le print que la vidéo. Ses domaines de prédilection couvrent la ville de demain, les modes de vies durables, l'économie sociale et solidaire et l'écologie au sens large.

1 Comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles écrits dans Actualités

Remonter En Haut