L’hypothèse collaborative : au coeur des collectifs d’architectes français

L’hypothèse collaborative : au coeur des collectifs d’architectes français

On les regroupe sous l’expression vague de « collectifs d’architectes ». De Bellastock à Etc, en passant par les Saprophytes, Cochenko et Yes we camp, ils expérimentent, en marge des standards de la fabrique urbaine, d’autres manières, collectives, inclusives, transitoires et incrémentales, de faire la ville. Sous la direction de l’Atelier Georges et de Mathias Rollot, L’hypothèse collaborative, publié en mai 2018 aux éditions Hyperville, cerne leurs pratiques à travers un dense corpus de textes théoriques et d’entretiens…

 

Apparus timidement dans les années 1990, les « collectifs d’architectes » ont le vent en poupe, et jouissent depuis quelques années d’une belle reconnaissance médiatique et institutionnelle. Depuis le mois de mai, c’est même l’un d’entre eux (du moins dans sa forme initiale) – l’agence parisienne Encore Heureux – qui représente la France à la Biennale d’architecture de Venise autour de cette question emblématique : « construire des bâtiments ou des lieux ? » Pourtant, les contours de cette nébuleuse hyperactive sont difficiles à saisir : souples, interdisciplinaires, sans statut juridique unique (de l’association à la SCOP), les collectifs d’architectes se meuvent à mi-chemin de l’événementiel, de la recherche-action, de la médiation, de l’urbanisme temporaire et de l’architecture, et se déploient à l’intersection de l’art, de l’activisme, de la fabrique urbaine et de l’action sociale. Ils ont aussi chacun des dominantes et des prédilections – implication et « empowerment » pour certains, réemploi et recyclage pour d’autres.

Collaboration et do-it-yourself

A ceux qui chercheraient à appréhender ce qu’ils font, L’Hypothèse collaborative offre plus qu’une entrée en matière. Publié en mai dernier aux éditions Hyperville, « cabane d’édition » initiée entre autres par Etc et la revue Strabic, cet ouvrage collectif déplie les ressorts d’une pratique plurielle. Sous la direction éclairée de l’Atelier Georges (agence d’urbanisme, de paysagisme et d’architecture) et de Mathias Rollot (architecte et maître de conférence), il en cerne les points communs et les singularités, en pointe promesses et limites – le tout grâce à un corpus très robuste de textes théoriques et d’entretiens avec une vingtaine de collectifs français, dont Encore Heureux, Etc, Ya+K, Bellastock, Yes we camp, Echelle inconnue ou l’ANPU. Il est ressort une analyse très fine de leur démarche, où saillent d’emblée deux traits principaux : une approche collaborative du projet urbain et une attention au faire, avec ce que cela suppose d’improvisation, de précarité et de risque.

Collaboratifs, les collectifs d’architectes le sont doublement : d’abord parce qu’ils revendiquent la transdisciplinarité, mais aussi parce que, souligne l’architecte Enrico Chapel en ouverture de l’ouvrage, ils « hybrident le monde savant et non savant, le monde de la conception et le monde de l’exécution ». Par un pas de côté hors des modes de production standards de l’urbain, ils s’attachent à « faire sur le terrain pour savoir comment faire ». Leur ambition, résumée par Enrico Chapel, consiste à « casser la distinction entre espace conçu et espace vécu, en partant de l’idée que pour bien dessiner et concevoir la ville il faut d’abord la vivre et l’expérimenter au quotidien, si possible en compagnie de ceux qui la vivent et l’habitent déjà. » Quand les opérateurs classiques (aménageurs, bailleurs, promoteurs…) se cantonnent au hard, à la construction, au bâtiment, eux privilégient le soft – les usages, les gens, les lieux. A la maîtrise d’œuvre, ils préfèrent selon l’heureuse formule d’Edith Hallauer la « déprise d’œuvre » et proposent de « s’ouvrir à l’imprévu, au non-programmé, et même en générer les conditions », de « laisser faire » et de « faire faire ». « Ce que révèlent les collectifs interrogés est un fait paradoxal, écrit encore Mathias Rollot en dernière partie de l’ouvrage : celui d’une réappropriation de la discipline architecturale au moyen d’une forme de dissolution de celle-ci. » Pour le co-directeur de L’hypothèse collaborative, ces structures opèrent ainsi un déplacement de leur regard – « de l’expertise vers l’échange, de l’élitisme vers l’éthique, de l’art vers la politique. »

Les collectifs d’architectes, enfants des crises

Cette mise en question concrète, à travers une praxis collective, des cadres et conditions d’exercice de l’architecture s’inscrit dans un certain contexte, que l’ouvrage éclaire. C’est d’abord, y lit-on en introduction, celui d’une « crise sans précédent au sein des métiers de la fabrique urbaine ». Le modèle de production urbaine dessiné après-guerre, dans un contexte de forte croissance urbaine, serait en effet devenu obsolète : la plus-value dégagée n’y est plus suffisante pour rétribuer tous les acteurs de la construction, bref « la chaine se grippe ». Enfants du marasme, les collectifs d’architectes ont dû se frayer une troisième voie entre une commande publique réservée à une poignée de « starchitectes » et une commande privée de plus en plus adossée à des bureaux d’études techniques. Significativement, leur explosion dans les années 2000 suit aussi de près l’avènement du développement durable et le renouveau de la participation. Cette double injonction, ils l’interprètent à la lueur d’Henri Lefebvre, de Debord, de Michel de Certeau, de Foucault, de Hakim Bey, et côté professionnel, de Lucien Kroll, Patrick Bouchain, Gilles Clément et Yona Friedman. Autant de références qui les conduisent à s’engager sur le terrain des pratiques quotidiennes, à mettre en œuvre des « hétérotopies » dans le « négatif de la ville » et parfois, à « faire sans pour faire autrement », voire à jouer l’improductivité contre le modèle productiviste dominant.

Mais si les situations – souples, transitoires, expérimentales, incrémentales – qu’ils mettent en œuvre questionnent de façon salutaire la fabrique urbaine ordinaire, elles dessinent aussi aux les collectifs d’architectes un horizon incertain. A ce titre, L’hypothèse collaborative n’élude pas les limites ni même les ambivalences d’une pratique dont l’institutionnalisation pose question. Ce tournant institutionnel, repéré entre autres par Elise Macaire, interroge d’abord leur évolution : « comment pérenniser une démarche militante et désintéressée ? La commande publique va-t-elle soutenir et professionnaliser ces pratiques ? » demande l’architecte-sociologue. Après avoir souligné la « plus-value » sociale de l’urbanisme transitoire, mais aussi son apport à la fabrique urbaine (préfiguration d’un projet, valorisation d’un site…), Cécile Diguet, pointe elle aussi la précarité des collectifs, qui récoltent tout au plus les « miettes de la plus-value » : « comment faire en sorte, écrit-t-elle, que cet apport soit justement rétribué, pérennisé, alimenté, le tout dans un contexte où toute l’économie de l’aménagement est en train d’être bousculée et repensée ? » Enumérant quelques-unes des réserves exprimées à leur encontre, l’urbaniste pointe aussi le rôle possiblement ambivalent des collectifs : « Le sujet déclenche des controverses à haute teneur politique, note-t-elle : l’urbanisme transitoire peut être le vecteur d’une ville plus inclusive, plus ouverte et plus juste, ou bien, l’instrument de la gentrification urbaine, d’un turn over et du « jetable », du marketing territorial, producteur d’une image lisse et moderne qui garantit le succès de la commercialisation des produits immobiliers. » Un questionnement dont l’architecte, urbaniste et chercheuse Julia Tournaire se fait elle aussi l’écho en fin d’ouvrage : « Et si l’alternatif n’était plus le révolutionnaire mais plutôt l’huile de coude du fonctionnement capitaliste actuel ? Et s’il représentait l’écran de fumée, ou de néon, que forme la poussière lors du combat de classe ? » Avant de conclure : « A la question de savoir s’il est possible de créer du différent, du responsable, du non-marchand, de l’inclusif, du commun depuis l’intérieur même de la ville et de son fonctionnement, l’hypothèse collaborative nous donne (…) l’envie de répondre positivement. »

A lire :

L’hypothèse collaborative : conversation avec les collectifs d’architectes français, sous la direction de l’Atelier Georges et de Mathias Rollot, éditions Hyperville, 2018, 288 page, 25 euros.

NO COMMENTS

POST A COMMENT