Richard Reynolds, green guerillero : « La guerilla gardening permet de voir la ville différemment»

dans Initatives/La ville créative/La ville habitable écrit par

Richard Reynolds a fondé GuerrillaGardening.org en 2004. Né en 1977, diplômé de l’Université d’Oxford (Géographie) et de la Royal Horticultural Society en horticulture, il organise de nombreuses conférences sur le sujet et vit à Londres. Invité dans le cadre du salon Jardins Jardin, Richard Reynolds a accepté de répondre à nos questions et de parler de la guerilla jardinière.

 

1/ Pourquoi se référer à la guerre et à la guerilla alors que vos actions semblent profondément influencées par un activisme non violent ?

Tout simplement parce que cela reste une bataille, non pas avec les individus mais avec les institutions quand celles-ci tentent de nous arrêter. Je ne suis pourtant pas un radical mais il arrive que nos actions soient considérées comme des détériorations criminelles. Ce ne sont pas nos terres et nous n’avons pas l’autorisation de les exploiter mais il s’agit de parcelles non utilisées donc finalement peu de gens se plaignent. Par contre, quand nous subissons des pressions et des interdictions, nous n’avons pas de poids, notamment financier, pour nous défendre car nous agissons en petits groupes.

 

2/ Vous dîtes que la « green guerilla » est une lutte pour la liberté d’expression et la cohésion sociale? Pourquoi ?

Il s’agit d’espaces où les gens s’expriment librement, il n’y a pas de règles ni de contraintes, si ce n’est « botaniques ». La seule limite est finalement l’imagination. Quand les gens sont partie prenante de quelque chose, quand ils deviennent acteurs en s’impliquant de manière régulière dans la plantation et l’entretien d’un espace, ils revendiquent cet espace comme étant le leur. C’est l’aspect collectif mais aussi et surtout communautaire qui permet de parler de cohésion sociale.

 

3/ Le mouvement aurait-il la même ampleur s’il était légal ?

Si le mouvement était légal, tout serait moins drôle, moins excitant. D’un autre côté, si les gens étaient certains de ne courir aucun risque de représailles de la part des autorités, peut-être que davantage de personnes rejoindraient le mouvement. La green guerilla n’est pas une action agressive, même si certains l’envisagent de façon plus radicale, comme le mouvement parisien. De plus, si tout ceci devait mener à une « commercialisation » avec par exemple des bombes de graines ou tout autre type d’objets dérivés, je n’aurais rien contre, même si c’est n’est pas mon ambition. Et peut-être que la commercialisation pourrait permettre de populariser notre action.

 

4/ Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confrontés ?

C’est une très bonne question ! Tout d’abord, nous aimerions que les autorités nous encouragent davantage. Lorsque nous organisons des réunions d’information, de conciliation et de négociation, les représentants des pouvoirs publics sont présents mais on reste toujours au stade de la parole. Parfois, nous arrivons à un accord tacite mais où finalement personne ne s’engage à prendre des responsabilités et à proposer quelque chose d’écrit et de définitif. De plus, nous aimerions rendre ce mouvement attractif au plus grand nombre. Il n’y a pas d’âge, de classe sociale ni d’appartenance à un groupe défini pour se sentir impliqué dans la revégétalisation de nos espaces urbains délaissés.

 

5/ Aujourd’hui, quelle est l’ampleur du mouvement?

Pour vous donner un chiffre, mon site internet (guerillagardenning.org) reçoit environ 60.000 visiteurs/mois. Certaines personnes pratiquent la « guerilla gardenning » sans le revendiquer, d’autres la pratiquent sans même le savoir. En solitaire, en groupe, tel un divertissement ou dans une démarche revendicatrice ou politique, le mouvement est polymorphe. Toutefois, nous constations que dans de nombreux pays (Europe, Canada, États-Unis, …), les jardiniers sont d’une manière ou d’une autre liés à ce mouvement.

 

6/ Pensez-vous que la guerilla soit une forme d’art?

Ce n’est pas le but de notre démarche. Notre mouvance n’a pas vocation à être de l’art mais peut aussi le devenir et dans ce cas, je n’ai rien contre. Je connais des artistes qui pratiquent la guerilla gardenning, certains le font avec authenticité, d’autres avec prétention… Quoi qu’il en soit, ce n’est pas l’aspect que nous voulons mettre en avant mais je reconnais qu’il y a un aspect artistique dans ce que nous faisons.

 

Propos recueillis par Déborah Antoinat

 

Lire l’article sur la Guérilla gardenning

En savoir plus : Blog de Richard Reynolds :

www.guerrillagardening.org

2 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles écrits dans Initatives

Remonter En Haut