vue ourcq sur passerelle

Portrait : Le Sens de la Ville, pour une ville cousue main

dans Actualités/Architecture/La ville créative/La ville habitable écrit par

Trouver un sens, une direction à la ville de demain. Voilà l’ambition du nouveau collectif pluridisciplinaire parisien Le Sens de la Ville qui travaille sur la fabrique urbaine. Urbanistes, sociologues, architectes, ingénieurs, paysagistes et écologues, ces six professionnels proposent de concevoir une  ville « cousue main »,  car c’est comme cela qu’ils entendent procéder : artisanalement et collectivement. Rencontre.

 

Le Sens de la Ville
Le Sens de la Ville

C’est au quatrième étage d’un immeuble de la Cité Bisson dans le XXe arrondissement de Paris que le Sens de la Ville, un tout jeune collectif constitué il y a un peu plus d’an an, se réunit. Partageant une vision commune de la ville de demain, ces six acteurs de la ville, tous âgés d’une trentaine d’années décident de répondre à l’appel à projets innovants « Réinventer Paris » lancée par la Mairie de Paris en novembre 2014. « On se connaissait tous, différemment et autour de projets à géométrie variable, raconte Flore Trautmann, urbaniste et sociologue. Avec Gaétan Engasser (architecte-urbaniste/ Agence aEa) et Vincent Josso (urbaniste-architecte-ingénieur) on avait déjà travaillé il y a 7 ans sur un projet d’habitat participatif, puis Nicolas Bel (jardinier), Frédéric Madre (écologue) et Fanny Rahmouni (urbaniste) se sont greffés naturellement. La consultation de Paris a été le propulseur pour se structurer [en SCOP : société coopérative et participative], de se tester sur un projet ».

Tous ressentent à ce moment là l’envie de pouvoir « sortir la tête de l’eau » dans leurs pratiques professionnelles et d’échanger autour de leur vison commune de la ville. « Le Sens de la Ville nous permet de faire un pas de côté, explique Vincent Josso. Le collectif est né d’une envie de faire tomber les barrières parfois trop étanches que l’on rencontre dans l’exercice de notre profession, de décloisonner, de porter un regard collectif sur la ville, incarné dans des projets ». En somme un Think & Do Tank Urbain, comme ils se présentent eux-mêmes.

Perspective du projet « Echo-logis », une proposition de lieu de tourisme alternatif au sein du Grand Paris
Perspective du projet « Echo-logis », une proposition de lieu de tourisme alternatif au sein du Grand Paris

Leur méthode : le « cousu main »

Véritable manifeste de leur approche, le projet « Réinventer Paris » sur le lot Ourcq-Jaurès rebaptisé « Echo-logis » est une proposition de lieu de tourisme alternatif au sein du Grand Paris. Articulé autour de l’alimentation durable en ville, il regroupe un hôtel, des logements, une école d’agro-écologie, un atelier et un restaurant de cuisine bio-végétarienne. Non retenu, le projet a été conservé pour être exploité sur un autre site, encore non déterminé.
Leur méthode de travail repose sur une approche circulaire. Leur ambition est de mettre au cœur du projet et autour de la table dès l’origine, les utilisateurs finaux et ainsi faire dialoguer le programme, la forme et le bilan. Comme le précise Flore Trautmann : « On adaptera ce projet au territoire d’implantation, en fonction du diagnostic et des acteurs locaux avec lesquels on pourrait travailler. C’est le « cousu main » : échapper au standard et faire du sur-mesure ». Pour ces jeunes acteurs de la fabrique urbaine, cette approche permet de replacer l’occupant à l’origine de la commande et ainsi de sortir du produit immobilier standardisé grâce à un processus davantage fondé sur la coopération entre les différentes parties prenantes.

Autre projet phare, laboratoire de cette méthode : L’Escalette à Mouvaux dans le Nord-pas de Calais. Un projet de transformation d’une cité-jardin en quartier autonome en énergie. Ce quartier dit «  en Troisième Révolution Industrielle » est l’un des 20 projets régionaux retenus lors du World Forum de Lille 2013 dans le prolongement du master plan Troisième Révolution Industrielle pour la Région Nord-Pas-de-Calais, piloté par Jeremy Rifkin.
« Dix associés sont regroupés dans cette équipe dont l’agence « aEa » et Le Sens de la Ville, précise Gaétan Engasser. C’est un peu une première en France. Ce projet est une réflexion sur comment on rend un quartier autonome en énergie, comment on valorise le patrimoine existant tout en répondant à la nécessité d’augmenter la densité, donc construire un certain nombre de logements ».

Le projet très ambitieux pourrait sortir de terre d’ici 3 à 10 ans. De premières phases d’expérimentation vont être mises en place à l’échelle 1 et des premiers prototypes opérationnels verront prochainement le jour. « C’est un projet très excitant, ajoute Gaétan Engasser. Il est pluriel car il empile toutes les couches de complexité de la ville et permettant un travail sur les espaces urbains, les réseaux, avec une copropriété mixant logements sociaux et privés, de la concertation, des réflexions sur l’ économie circulaire, sur l’usage. « On interroge les acteurs locaux, on recueille les marques d’intérêt, on intègre leurs demandes, les choses sont ainsi bousculées dans l’ordre de la commande », indique Flore.

HEP-MOUVAUX
Perspective de L’Escalette à Mouvaux pour le Grand Lille. Crédit : Kaupunki

Une ville nutritive, collective et joyeuse
Ces projets sont autant d’occasions de tester leur approche et de l’expérimenter. Nicolas Bel et Frédéric Madre contribuent à semer l’idée d’une ville nutritive et riche en biodiversité. « Ma vision de la ville de demain repose sur une symbiose avec la nature qui passerait notamment par le retour des animaux sauvages en ville avec par exemple des corridors pour les renards ou des « immeubles-collines » qui offriraient une continuité entre le sol, les murs et les toits pour favoriser au maximum ces corridors. La ville doit être un écosystème urbain où les déchets organiques sont recyclés localement, évitant au maximum les flux et les nuisances. Une ville végétale favorise le bien être », estime Nicolas Bel.

Le Sens de la Ville se veut un collectif militant. « Dans la règle du jeu urbaine, on reproduit souvent les mêmes projets, les mêmes programmes et souvent avec les mêmes personnes », considère pour sa part l’architecte Vincent Josso. Et en ce moment des choses bougent comme la démarche « Réinventer Paris ». Aujourd’hui, la ville n’est pas très joyeuse, pas très juste et c’est cela que l’on veut changer : dépasser ce jeu global de la fabrique urbaine qui nous dépasse et faire une ville plus inclusive car pensée de façon collective, plus durale, plus joyeuse».

L’équipe a par ailleurs lancé un questionnaire à destination de toutes les équipes candidates de « Réinventer Paris » pour partager leurs expériences sur cet appel à projets inédit. « Cette démarche a été une vraie « bombe » positive dans la fabrique urbaine. Il nous semblait intéressant de s’interroger ensemble sur les nouveaux modes de faire la ville notamment en vue des « prochaines saisons » de la série Réinventer…  », ajoute Vincent Josso.
Le 9 mars, une soirée à l’Hôtel de Ville de Paris est prévue où Le Sens de la Ville et Urbanova animeront un partage d’expériences. Un temps d’échanges indépendant de la Ville de Paris, suivie par une intervention de Jean-Louis Missika, Adjoint à la Maire de Paris, en charge de l’urbanisme.
Une belle vitrine pour Le Sens de La Ville qui met en action ses convictions : jouer collectif pour dessiner les contours des méthodes de la fabrique urbaine de demain.

Déborah est une journaliste multimédia, aussi à l'aise avec le web et le print que la vidéo. Ses domaines de prédilection couvrent la ville de demain, les modes de vies durables, l'économie sociale et solidaire et l'écologie au sens large.

2 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Derniers articles écrits dans Actualités

Remonter En Haut