Encore heureux, c’est de l’architecture

Encore heureux, c’est de l’architecture

C'est une année anniversaire pour les deux architectes associés : en 2001, à la fin de leurs études, Nicola Delon et Julien Choppin créaient l’agence d'architecture Encore Heureux. De leurs premières installations éphémères à la participation au projet pharaonique Ordos 100 en Chine, les deux associés ont parcouru du chemin, ont embauché cinq personnes et sont à l'heure du bilan. En 10 ans, encore heureux me direz-vous… Portrait.

 

Les deux compères, tous les deux nés en 1977, se sont rencontrés sur les bancs de l'École d'architecture de Toulouse puis de nouveau à l'École de la Villette à Paris. Diplômés en 2002, ils ont ouvert leur agence à Paris, sans passer par la case salarié. « On s'est tout de suite constitués en collectif car on voulait faire des choses dans le réel. On a commencé par des installations artistiques éphémères car nous avions peu de moyens », raconte Julien Choppin. Deux projets fondateurs vont marquer leur identité : Herbes folles et Wagons-scènes. Le premier, une opération éphémère et sauvage réalisée en 2001 à Paris mettait en scène de fines bandes de tissu très léger accrochées aux grilles d'aération du métro, de manière à produire des « herbes urbaines ».

 

Le second est une étude (projet de fin de diplôme) qui ambitionne d'apporter une réponse à la pénurie d'équipements culturels à partir d'un train de cinq wagons qui métamorphose temporairement les espaces des gares de marchandises en lieux de spectacle (2005). Depuis, Encore Heureux s'est vu attribuer des récompenses, des prix, mais surtout des commandes : un musée à Suresnes, un cinéma à Auch ou encore le jardin de baignoires sur la terrasse de Petit-Bain qui a déjà été réalisé, en attendant l’arrivée prochaine du bâtiment flottant. Les 33 baignoires proviennent d’un immeuble voué à la destruction dans le cadre d’une opération de renouvellement urbain et ont été gracieusement données par l’office public HLM de Romainville.

 

Une stratégie de réemploi qui séduit ces jeunes architectes. « Au-delà de l'idée de consommer moins de matière, la récupération et le détournement permettent une architecture narrative, plus inattendue et qu'on peut plus facilement s'approprier », estime Julien. Leur attirance pour ce type de réalisations avait amené Encore Heureux à plancher sur un projet de centre de ressources de récupération de matériaux issus des scénographies temporaires et à se rapprocher d'associations comme la Réserve des Arts. Un projet qui n'a pas vu le jour, les architectes avouant « ne pas pouvoir être opérateurs sur ce type de structures. C'est compliqué de généraliser l'incorporation de matériaux récupérés dans des projets d'architecture, notamment pour des bâtiments publics. La principale limite, c'est les contraintes normatives. »

 

Leur credo ? Différentes échelles, différents budgets

Autre espace pour mettre en pratique leur vision de l'architecture : Ordos 100, un projet démesuré de 100 villas réalisées par 100 architectes différents dans le désert de Mongolie intérieure en Chine. «  Les commissaires de ce programme, Herzog et De Meuron ont proposé notre nom et nous avons été retenus. C'est le type de projet que l'on ne peut pas refuser et en même temps cela nous pose un problème éthique. Il s'agit d'une collection de villas de luxe d'architectes réalisées à côté de la ville nouvelle d'Ordos, une sorte de représentation de la ville chinoise dans son expression la plus dure. » D'où la nécessité pour Encore Heureux de proposer (avec Studio G) une villa, le Gourbi Palace, dans une écologie low tech et artisanale, construite à partir d' « hyper murs» de forte épaisseur (1,50m) produisant une grande inertie thermique. «  C'est une micro réponse, la bonne échelle devrait être au niveau de l'urbanisme et non au niveau de l'habitat ». Un projet dont la date de livraison est aujourd'hui inconnue alors même que les architectes n'ont aucune visibilité sur le chantier.

 

Au regard de l'hétérogénéité de leurs réalisations, le dénominateur commun d’Encore Heureux se veut « ni stylistique ni dans l'échelle des projets ou des budgets. Le liant, c'est souvent la question culturelle et le plaisir de travailler. C'est l'école de Patrick Bouchain. ». Une démarche qui les a amenés à construire pour cet été un « water kiosque » en Mongolie , un lieu financé par Action contre la faim qui combine notamment un distributeur d'eau et des douches publiques. « À part les déplacements, nous ne touchons pas d'honoraires sur ce projet car cela nous intéressait, on voulait le faire ». Pour ses 10 ans, Encore Heureux regarde en arrière et s'interroge sur le positif et le négatif et leurs « ambivalences ». Une chose est sûre, ils manifestent l'envie de conserver « cet échantillonnage de projets à plusieurs échelles, à plusieurs budgets car c'est ce qui [les] nourrit." Et Encore Heureux de conclure : « Ce qu'on ne retient pas pour les 10 ans à venir? C'est la grande question du moment ».

 

Déborah Antoinat

1 COMMENT

POST A COMMENT