Grenelle de l’environnement : en vert et contre tout

Grenelle de l’environnement : en vert et contre tout

Un an après le Grenelle de l’environnement, le fond de l’air est vert. Il ne s’agit pas seulement de conjurer la crise du pétrole et le réchauffement climatique. Sur fond de récession, l’écologie pourrait aussi offrir à l’économie française sa seule perspective de croissance. D’où l’énergie déployée par gouvernement en vue d’inciter les Français à passer au vert. Petit catalogue des mesures envisagées.

Bonus/malus dans l’électroménager

Après les voitures, au tour de l’électroménager de se voir appliquer un système de bonus/malus. La mesure, annoncée en juin par Borloo, devrait être entérinée par la loi de Finances et entrer en vigueur dès 2009. Elle concernera une vingtaine de familles de produits, parmi lesquels réfrigérateurs, ampoules, téléviseurs et pneumatiques.

Objectif du gouvernement : orienter le marché vers les produits classés A+ (20% du marché) et A++, qui promettent des économies d’énergie de l’ordre de 40%. Un objectif réaliste, si l’on songe que le bonus/malus appliqué à l’automobile a fait grimper de 45% les ventes des voitures les plus sobres…

Facteur 4 à Taux Zéro

Avec ¼ des émissions de GES et plus de 40 % de la consommation d’énergie, le logement est l’un des enjeux forts de la politique énergétique française. D’où ce projet du gouvernement : le lancement en janvier 2009 d’un prêt à taux zéro pour les travaux destinés à améliorer les performances des bâtiments. Plafonné à 30 000 € et d’une durée maximale de 7-8 ans, l’éco-PTZ devrait permettre d’aller vers la sobriété énergétique via la réfection des toitures, les changements de fenêtres, l’installation de chaudières écologiques, etc.

Si cette mesure est coûteuse (plus d’un milliard d’euros), on estime qu’elle pourrait générer 20 milliards d’euros d’activités et des dizaines de milliers d’emplois.

A suivre…

Un an après le Grenelle de l’environnement, le projet de loi de programme relatif à sa mise en œuvre sera soumis à l’assemblée le mois prochain. Parmi les objectifs fixés, le soutien au rail (lancement de lignes à grande vitesse, construction de transports urbains collectifs), la réduction et le recyclage des déchets, ou encore l’accroissement des surfaces agricoles dédiées à la filière bio.

Reste à savoir comment le gouvernement entend financer de telles mesures dans un contexte de rigueur budgétaire…